L’environnement

VINCI Autoroutes met tout en œuvre pour intégrer au mieux le projet dans son environnement.  L’aménagement proposé s’appuie sur des études menées avec des cabinets spécialisés en génie écologique. Nous avons, dans le cadre de ce projet, pris en compte au maximum les impacts environnementaux. 

Plusieurs optimisations des emprises ont été recherchées, suite à la concertation et lors de la définition du projet. Afin de réduire ses impacts sur l’environnement, VINCI Autoroutes a choisi de diminuer le rayon de voies routières en phase de conception. Cette démarche a permis une diminution conséquente des emprises foncières sur les formations végétales, les zones humides, les plans d’eau (sites de reproduction des amphibiens), et les activités agricoles (maraîchage).

L’insertion environnementale d’une infrastructure autoroutière, au sein des territoires qu’elle dessert, est à la fois paysagère et écologique. Les mesures d’insertion paysagère visent à fondre visuellement l’autoroute dans son environnement pour le bien-être des riverains et la préservation de l’identité des territoires traversés. Sur Porte de Gesvres, des efforts importants seront déployés pour maintenir les talus et ainsi préserver le paysage.

 

Le paysage, la faune et la flore

DJI_0219

Un diagnostic écologique du site et de ses abords a été réalisé par plusieurs bureaux d’études qui se sont appuyés, notamment, sur les connaissances d’associations locales. L’état initial a été dressé sur la vallée du Gesvres de façon globale, y compris sur des zones relativement éloignées du chantier (avec prise en compte des corridors écologiques).

Plusieurs mesures concrètes ont été prises pour garantir le maintien des espèces locales et des milieux naturels, avec les conseils d’écologues  (création d’andains, de sites de pontes pour reptiles et de gîtes à chiroptères, création de 2 mares, suivi écologique sur 30 ans des mesures mises en œuvre, adaptation du calendrier pour les travaux de défrichement, plantation de plus de 260 000 plants (arbustes, graminées, haies bocagères, …) et 500 arbres (tiges, en cépée, en baliveau), compensation supplémentaire de 9,6 ha hors du périmètre du projet, maintien des talus végétalisés etc.).

 

Le paysage, la faune et la flore

Le cadre de vie

Le choix de VINCI Autoroutes a été de retenir une variante dont les emprises foncières ont été optimisées le plus possible pour limiter l’impact du projet sur l’environnement et le cadre de vie des riverains. En conséquence, la réalisation d’ouvrages particulièrement complexes à construire doit être réalisée sur des espaces très contraints.

Sur le volet bruit, des études d’impacts ont été réalisées pour s’assurer de la conformité du nouvel aménagement à la réglementation. Suite à ces études, il a été convenu de prévoir la réalisation d’un écran acoustique d’environ 350 mètres de long au niveau de l’angle Chaillou à Nantes.

Enfin, une technique particulière sera mise en œuvre pour maintenir la végétation sur les talus du périphérique Nord. Ce procédé proposé par VINCI Autoroutes permettra d’éviter la destruction de 1,5 ha de boisements. Les talus conserveront ainsi leur rôle de protection acoustique naturelle et de « masque végétal » entre le périphérique et ses abords.

 

Le cadre de vie

Ressource_Eau

La ressource en eau

DJI_0270

VINCI Autoroutes  a engagé des études détaillées dans le cadre de la Loi sur l’eau. Ainsi, une étude du fonctionnement et de la qualité des eaux de surface a été menée. Le Gesvres et la Ménardais, leur débit et leur qualité, ont fait l’objet d’un suivi hydrobiologique. Dans le cadre de sa démarche ERC (Eviter, Réduire, Compenser) VINCI Autoroutes s’engage à compenser à hauteur de 200% les surfaces des zones humides impactées par le projet. 

 

La ressource en eau